Les 7 principaux facteurs de médiocrité

1 Trop décider en fonction du passé

Si il est bon de retenir les leçons du passé, on trimballe parfois avec nous toutes les peurs, les angoisses et inquiétudes issues de nos expériences d’hier. On définit nos capacités par ce qu’on a réussi à accomplir dans le passé, et on suppose inconsciemment que c’est ce que nous valons, et pas mieux, à tout jamais. Alors, on répète sans fin la même routine sans rien essayer de différent et tout devient peu à peu banal et sans saveur.

2 Ne jamais se fixer d’objectif

On va tous mourir. OK, super. Est-ce vraiment une bonne raison pour vivre au jour le jour, sans rien construire, sans créer nous-même les choses qui font que notre séjour sur terre vaille la peine d’être vécu ? Se fixer de vrais objectifs n’est pas une façon de se mentir sur la futilité de l’existence : c’est le meilleur moyen d’y injecter du sens et de se sentir vivant.

Les chaos monkeys

Ce sont ces événements imprévus qui se mettent entre nous et nos réalisations et qui ont pour fâcheuse habitude de nous faire perdre le fil et de nous démotiver. C’est l’entorse qui nous empêche de courir deux semaines alors qu’on avait eu un mal fou à se mettre au sport, le disque dur qui grille avec les fichiers qu’on avait pas sauvegardé de notre projet de livre… Mais trop souvent, même un simple petit incident peut nous servir de prétexte pour ne pas agir. C’est quand le renoncement nous ouvre le plus grand les bras qu’on doit trouver les ressources pour continuer quand même. Et c’est en réussissant à continuer quand même qu’on ressort plus fort et déterminé que jamais.

4 L’absence de responsabilité

Quand quelqu’un qui compte pour nous attend que nous fournissions des résultats, on a naturellement tendance à essayer de les obtenir, non seulement pour satisfaire cette attente, mais aussi pour maintenir notre estime de soi. Malheureusement, toute notre enfance a été rythmée par des attentes de ce genre, et nous avons parfois tendance à les rejeter une fois adultes. C’est dommage, si on considère à quoi nous ressemblerions aujourd’hui si nous n’avions pas été à l’école, ne nous étions jamais lavé, avions manqué de sommeil et d’aliments autres que des bonbons et des hamburgers. Trouver quelqu’un à qui rendre des compte est souvent un facteur déterminant de réussite.

5 L’entourage

Nous avons tendance à ressembler à la moyenne des cinq personnes que l’on fréquente le plus. Si ces personnes sont pessimistes, passent leur temps à juger les autres, s’abrutissent devant leur télé, ne lisent jamais et n’ont aucun projet constructif dans la vie, vous allez naturellement avoir tendance à faire pareil. C’est d’autant plus dommage que ceux qui pourraient vous faire évoluer, eux, repèrent vite ce genre d’attitudes et fuient ces profils… et ceux qui trainent avec eux.

6 Le manque de développement personnel

La réussite de nos projets est à la hauteur de notre niveau de développement personnel. Entendez par là le développement des connaissances, des compétences, des habitudes, des croyances… N’oubliez pas : le temps que vous ne prenez pas aujourd’hui pour ce développement, vous devrez le prendre de façon bien plus douloureuse dans un futur plus ou moins proche, sous la forme de souffrances et de galères diverses.

7 L’absence de notion d’urgence

Sous prétexte de nous protéger de l’inconnu et du danger, notre cerveau reptilien nous pousse à ne pas effectuer les actions qui pourraient nous extraire de la médiocrité, même quand on a conscience de leur importance. Pour tromper notre vigilance, il nous chuchote sans cesse des petits mantras qui ruinent notre potentiel : “un jour”, “ça peut attendre demain” etc… Evidemment, peu à peu ces mantras deviennent de moins en moins crédible, mais il est trop tard.

Ce dernier point est sans doute le plus important tellement le prendre en compte peut nous entrainer à rapidement agir sur les autres. La vie est si courte, si vous ne voulez pas finir aigri avec plein de regrets -est-ce qu’il y a plus triste comme projet ?-, c’est maintenant qu’il faut agir. Pas l’année prochaine, ni dans trois mois.

PS : rendez-vous service, abonnez-vous à ma newsletter